Permaculture : la nature vous dira merci ;)

Photo par Elaine Casap on Unsplash


CECF propose de vous embarquer dans l’aventure de la permaculture, une véritable philosophie de vie où animaux, insectes, plantes et humains cohabitent en harmonie. Une "positive attitude" donc à l'échelle de la planète toute entière ! Cette méthode est devenue un art de vivre, d’acceptation et de respect de la nature, sans intrusion artificielle. Zoom sur cet art agricole écologiquement et socialement juste.

Une approche inédite de la nature

Le concept de « permaculture » tire ses origines du Japon, inspiré par l’agriculteur japonais Masanobu Fukuoka (1913-2008) avant d'être théorisé en Australie par Bill Mollison et David Holmgren.

Le terme signifiait initialement « culture permanente » (de l'anglais « permanent agriculture »). Avec le temps, il s'est étendu pour englober la « culture de ce qui est permanent » au sens (sociologique) de pérenne ou viable. Aujourd’hui, on pourrait résumer l’ambition des adeptes de cette pratique par un survie heureuse, pérenne, diverse de la planète et de tous ses habitants.

Plus qu’une simple méthode d’agriculture, c’est donc une approche de la nature qui s’appuie sur une éthique :
  • Prendre soin de la nature (les sols, les forêts, l’eau et l'air)
  • Prendre soin de l’humain (soi-même, la communauté et les générations futures)
  • Créer l’abondance et redistribuer les surplus (à la terre et aux personnes)
Une préservation de toute la nature

Dans la nature, tout est lié. Tout est connecté. Et les interactions permettent de perdurer. Comme le disait l’un de ses fondateurs David Holmgren, il faut d’abord observer ce qu’il se passe dans l’écosystème naturel de votre jardin ou potager sans y intervenir. Souvent, la nature résout les problèmes sans l’intervention humaine. Pour combattre les invasions de pucerons par exemple, elle fait proliférer les coccinelles. Plus besoin de produits chimiques ou de pesticides !

Mais vous vous dites sans doute que si on laisse la nature faire, les mauvaises herbes pousseront abondamment. Pas nécessairement. Certaines sont comestibles, d'autres ont des propriétés médicinales. Toutes les plantes jouent un rôle dans l’écosystème dans lequel elles évoluent. La permaculture permet de comprendre et connaître ces plantes utiles, de les repérer et de les réutiliser. Quant à celles qui ne seront pas consommables par des insectes ou des animaux, il faut trouver un moyen de s’en débarrasser délicatement, sans compromettre l’équilibre naturel déjà en place.

Une terre de permaculture est aménagée de façon à ce que les espaces extérieurs permettant à chaque espèce de ne pas empiéter sur la suivante. Le but est de créer un écosystème productif, résilient et autosuffisant tout en maximisant les interactions dans le jardin.

Bien sûr, il faut savoir faire la part des choses et déterminer à quel moment il est opportun d’agir car en permaculture, il n’est pas question de ne jamais intervenir, mais plutôt de savoir déchiffrer les besoins de votre jardin.

Prochainement, on vous donne toutes les clés, astuces et conseils pour créer votre jardin ou potager en permaculture !

#100%Positif #CECF
NouveauxArticles AnciensArticles Accueil

0 commentaires:

Publier un commentaire