lundi 13 mai 2019

Le recyclage ne redonne pas qu'une seconde vie aux objets


De nombreux habitants des bidonvilles de Bangkok handicapés sont coupés du monde car ils n’ont pas les moyens de se payer un fauteuil roulant. Un designer thaïlandais, a voulu leur venir en aide : il transforme des caddies de supermarchés inutilisés en chaises roulantes. CECF vous explique le concept ingénieux.
Pour concevoir le Cart Wheelchair DIY, Apichai Inthutsingh réalise quelques modifications pour permettre d’y installer une personne handicapée, fixe des coussins pour le confort et équipe l’objet d’un frein à main. Une fois achevé, il le donne à quelqu’un dans le besoin.
Bien qu’encore rudimentaire à l’heure actuelle, le concept pourrait bien évoluer vers plus de confort, de maniabilité et peut-être bénéficier d’une motorisation. En attendant, il reste une solution suffisante aux bidonvillageois pour faciliter leurs déplacements et retrouver une autonomie.
Comme quoi, avec une volonté d’aider et une imagination créative, on peut faire beaucoup de choses ! Une vision de l’humanité que CECF aime particulièrement.

Alexandra M.
Sources :

lundi 6 mai 2019

Déserts médicaux : les médecins prennent le volant


Dok’Ici, filiale du groupe CRPS (Centre de Relations Publiques et Sociales) est un dispositif de cabinets médicaux itinérants, aménagés dans des camionnettes, pour lutter contre la pénurie de médecins de villages. Intéressée, CECF s’est renseigné.
Ainsi quatre camionnettes ont commencé à sillonner la région de l’Auvergne – Rhône-Alpes depuis début 2019 afin de subvenir aux besoins des communes sans médecins généralistes. 
Equipés en énergie, en 4G et du matériel de base (table d’examen, défibrillateur, échographe, électrocardiographe), ces véritables cabinets médicaux ambulants permettront d’effectuer des consultations standards et de pratiquer de la prévention (sensibilisation, vaccination). Cela permettra également aux personnes peu mobiles de ne pas avoir à parcourir beaucoup de kilomètres pour rejoindre le médecin le plus proche.
Quatre médecins provenant de quatre centres de santé associatifs se relayent pour se déplacer dans la région plusieurs fois par semaine. Un procédé tout neuf en pleine expansion que CECF tenait à vous partager.

Alexandra M.
Sources :

mercredi 10 avril 2019

Et si laver son linge devenait un sport ?


Cela pourrait être bientôt réalisable avec le Bike Washing Machine (b.w.m). Inventé par le designer Li Huan, ce prototype ressemble à un vélo d’appartement mais possède à la place de la roue avant, un tambour à machine à laver. CECF vous explique.
Le concept : le mécanisme de rotation activé par l’action de pédaler, permet de faire tourner le tambour que l’on remplit préalablement de linge sale. Ainsi plus on pédale, plus la roue tourne.
Ce « vélo à laver » possède des avantages à plusieurs points de vue : il permet non seulement à l’utilisateur de gagner du temps en réalisant deux activités simultanément mais il lui permettrait aussi de bénéficier d’un gain d’énergie et d’argent. 
L’utilisateur gagne sur ses ressources tout en entretenant sa santé et en effectuant un geste éco-responsable ! Une nouvelle manière de vivre que CECF trouve particulièrement intéressante.

Alexandra M.
Sources :

samedi 23 mars 2019

Solidarité : la magie d'un rêve familial retrouvé


Faire le tour du monde pendant un an pour changer de vie. C’était le rêve de la famille Delaire : Mickaël, Aurore et leurs deux enfants. Une histoire touchante que CECF tient à vous relater.

Le projet avait été organisé pendant plusieurs mois. Le couple avait acheté un van qu’il avait aménagé depuis plus d’un an, vendu leur maison de Puy-de-Velay (Haute-Loire) et chacun avait quitté sa profession. 
Mais alors que la famille devait récupérer leur van en avril en Uruguay, le cargo qui le transportait, le « Grande America » a fait naufrage un mois avant, le 12 mars dernier. Il a ainsi emporté avec lui le rêve et toutes les ressources que le couple y avait injectées.

Mais c’est sans compter sur la réaction solidaire d’amis et d’inconnus : deux cagnottes en ligne ont été mises en place pour redonner espoir à cette famille démunie. Des dons de 10 à 100€ ont été effectués, accompagnés de messages chaleureux de soutien et d’encouragement.
13 000€ ont été récoltés à ce jour pour les Delaire ainsi qu’une autre famille de Lorèze, affligée par le même revirement de situation qu’eux. La famille, extrêmement touchée et remotivée par le geste, recherche actuellement un nouveau van pour reconstruire son rêve.

Ce genre de fait est le modèle même de ce que CECF souhaite démontrer : l’humanité est toujours bien présente.

Alexandra M. 

Sources :

samedi 16 mars 2019

La « Volont’Air Expérience », une belle aventure riche en rencontres et en apprentissages !



Bonjour à vous, cher(e) visiteur de l’ABN !

Je me présente : Camille, 28 ans, originaire de Vendée et nouvelle recrue de l’équipe de bénévoles chez Construisons Ensemble Comment Faire (CECF).

Engagée depuis près d’un mois aux côtés de cette association, j’apporte ma contribution à travers deux missions :
  • la rédaction d’articles pour le blog Actualité Bonne Nouvelle (ABN) ;
  • la promotion de leurs stages solidaires.

C’est au détour de ma recherche d’emploi, que j’ai découvert la plateforme « tousbénévoles.org » et l’association CECF. Se rendre utile en mettant à disposition ses compétences au profit d’une association, en voilà une chouette idée ! J’ai tout de suite adhéré aux valeurs de cette association et à la cause qu’elle défend.

La « Volont’Air Expérience » chez CECF me permet :
  • de rester active dans mon domaine (la communication) ;
  • de développer et d’acquérir de nouvelles compétences professionnelles ;
  • de rencontrer, d’échanger avec des personnes et ainsi enrichir mon réseau professionnel.

Une réelle plus-value dans mon parcours professionnel, qui m’a permis de retrouver récemment du travail.

Je remercie CECF pour sa confiance, son accompagnement et recommande vivement la « Volont’Air Expérience » !


Camille C.

lundi 11 mars 2019

Un jeune pêcheur sauvé de la fureur des vagues


Fortement attachée aux valeurs de solidarité, CECF tient à vous partager un fait qui n’a pas manqué d’attirer son attention : dimanche 24 février 2019 vers 15h30 à Batz-sur-Mer (Loire Atlantique), un jeune homme de 22 ans se promenait près de la falaise du lieu-dit La Dilane afin de s’y installer pour pêcher. Il est tombé dans la mer, emporté par une vague violente.
Alors qu’il ne parvenait pas à remonter sur les rochers, des témoins ont appelé les secours. Une fois sur place un quart d’heure après les faits, un pompier volontaire, Geoffrey Bénigné n’a pas hésité à plonger dans la mer déchaînée par la tempête Freya pour aller le sauver. Ce geste spontané aurait bien pu lui être fatal pourtant il a délibérément risqué sa vie pour en sauver une autre.
« Ma première action a été de le rassurer » explique le pompier du centre de secours du Croisic. Tout au long du sauvetage périlleux qui a duré 25 minutes, Geoffrey Bénigné n’a pas arrêté de le stimuler pour le garder conscient. Il lui a parlé en le ramenant vers le large où un jet-ski lui a permit de regagner le rivage. Le jeune homme a ensuite été transféré à l’hôpital de Saint-Nazaire en état d’hypothermie. Il est en est sorti sain et sauf dans la soirée, au grand soulagement de sa famille.
Parce que l’humain est capable de bien agir, CECF soutient les actes de bravoure et de solidarité tels que celui-ci, que les pompiers effectuent quotidiennement.

Alexandra M.

Sources :

dimanche 10 mars 2019

L'écriture : une passion qui devient réalité


Mon nom ? Nora Berthelot. J’ai 31 ans, je suis femme, mère, épouse, artiste, enseignante-documentaliste de carrière, en reconversion… ici, pour CECF, rédactrice de blog.

Il y a 4 ans, j’ai obtenu, en même temps que mon Master, mon CAPES en discipline Documentation. Je suis donc arrivée lors de mon premier poste en tant que professeur-documentaliste toute confiante sur mon choix de carrière et avec une bonne dose de positivité. Bien que j’aime beaucoup mon métier, il ne se révéla pas du tout comme on nous l’avait présenté durant notre formation et j’ai dû apprendre à concilier réalité et « fiction ». Après trois années particulièrement difficiles tant sur le plan professionnel que personnel, j’ai décidé qu’il était temps pour moi de me reconnecter à mon Moi profond et de l’écouter. Qui étais-je ? Où est ce que j’en étais ? Étais-je vraiment à ma place dans l’ici et maintenant ? 

J’ai compris que je ne menais plus une vie en adéquation avec mes attentes, mes besoins et j’ai donc décidé de reprendre ma vie en main. Je me suis beaucoup interroger sur mes désirs profonds, notamment en termes de carrière. J’ai cherché ce qui me faisait vibrer, ce qui me parlait et qui faisait sens pour moi. La réponse ne fut pas longue à venir : l’écriture. Mais comment faire ? Comment faire carrière dans un domaine si exigeant et vaste que celui-ci ? Par où commencer ? Je laissais la question en suspens le temps qu’il faudrait pour que la vie me donne des réponses. Dans le même temps, je sentais que j’avais un besoin de faire quelque chose de plus grand que moi. Développer l’altruisme, la bienveillance, l’optimisme et l’esprit de communauté. Faire quelque chose qui ne se résume pas qu’à soi mais qui donne du sens à la vie de beaucoup. 

Et un matin de Janvier, alors que je recherchais une mission de bénévolat qui me parlerait, je suis tombée sur une demande de rédacteur web pour CECF. Une association très bénéfique sur le plan humanitaire et qui traite de thèmes qui me tiennent à cœur. Ne croyant pas au hasard, j’ai compris qu’il était temps pour moi de prendre mon envol et d’explorer un nouveau chemin. C’est ainsi qu’aujourd’hui, je suis ici avec vous, avec enthousiasme et avec plaisir… !

samedi 16 février 2019

La bulle d'eau Ooho ! La future remplaçante des bouteilles en plastique


Ce concept innovant a été imaginé par trois étudiants en design au Royal College Art de Londres en 2014. La bulle est constituée d’une membrane transparente et totalement digeste, contenant 4 cl d’eau buvable. 

En pratique, il existe deux façons de la consommer : gober entièrement la capsule ou bien la percer pour en boire seulement le contenu. La membrane fabriquée à base d’algues peut alors être jetée en toute tranquillité puisqu’elle est biodégradable. 

Cette bulle, équivalent d’une gorgée pour l’instant, permettrait de limiter voire de remplacer à long terme la bouteille en plastique. D’autant plus que cet emballage serait moins cher à produire. Autre avantage : la bulle Ooho ! peut contenir toutes autres sortes de boissons. 
Cette petite capsule écologique pourrait bien être l’avenir des bouteilles en plastique.

Voici une innovation percutante à suivre que CECF est ravie de vous faire découvrir !

Alexandra M.

jeudi 14 février 2019

Une volonté d'acquérir en expérience et d'être utile


Bonjour je suis Alexandra, une alsacienne de 23 ans nouvellement intégrée en tant que bénévole pour l’association CECF !
Je vais participer à la rédaction :
  • d’articles pour le blog ABN et pour le journal de l’association,
  • de la newsletter.

Diplômée d’une licence professionnelle en Information-Communication et passionnée par tout ce qui a attrait à la créativité, je suis actuellement à la recherche d’un emploi dans la communication interne.

Manquant d’assurance et d’expériences professionnelles (quelques stages et une année d’apprentissage), je souhaitais mettre mon temps à profit en développant mes compétences et mon réseau professionnel. 

Et pourquoi pas le faire grâce au bénévolat ? Je pourrais ainsi rapidement enrichir mon CV et soutenir une cause humaine qui m’intéresse. C’est là que je suis tombée sur une annonce de CECF qui recherchait un rédacteur blog/ journal interne sur le site tousbenevoles.org et me voilà lancée dans l’aventure CECF ! 

Merci à l’association, véritable créatrice d’opportunités.

Alexandra M.

mardi 5 février 2019

Froid polaire à Chicago: des chambres d'hôtels offertes aux sans-abris par une jeune femme

                  

Pendant plusieurs jours maintenant, une vague de froid intense fait rage dans le Nord des Etats-Unis. A Chicago, les températures sont descendues jusqu'à - 45° ressenti. 
C'est pourquoi, une jeune femme prénommée Candice Payne, 34 ans, a décidé qu'il était de son devoir citoyen de penser aux sans-abris de la ville. Ainsi, dans un premier temps et avec une générosité extraordinaire, elle a réservé une trentaine de chambres dans un hôtel ce qui a permis de loger une quantité importante de SDF.
Mais sa générosité ne s'arrête pas là puisqu'elle leur achète également de la nourriture et des produits d'hygiène. Le tout pour un montant total de 4700 Euros et de sa poche bien entendu !
Candice confie au New York Times ce qui suit : "Je savais qu'ils allaient dormir sur la glace, et je devais faire quelque chose. [...] Je suis une personne normale."
Ce qui est d'autant plus formidable c'est que cet acte solidaire a amené d'autres personnes à imiter son geste Durant cette vague de froid, c'est plus d'une centaine de sans-abris ont pu être aidé.

CECF admire cette incroyable initiative et est plus que ravie de partager avec vous cette belle histoire !

                                                                                                                                           Nora B.

mardi 22 janvier 2019

"Oh la vache !" ...


"Oh la vache !" est  réseau d'agriculteurs qui vous accueillent chez eux.
Une manière de se mettre au vert tout en apportant aux agriculteurs une aide financière ... et un coup de main.

Un week-end chez des agriculteurs du réseau permet de mieux comprendre ce dur métier mais aussi d'en apprendre beaucoup sur le travail qu'ils accomplissent et sur sa réelle valeur.

Vous préférez fabriquer du fromage, tailler des vignes, vous initier à la permaculture ou à l'élevage de bisons ? Il vous suffira de choisir votre prochain séjour sur le site du réseau.

Se "mettre au vert" tout en mettant "la main à la pâte"... tout un programme pour se ressourcer le temps d'un week-end.

Une nouvelle méthode de partage que CECF est heureuse de vous faire découvrir et qui rappelle les Stages solidaires proposés par l'association.


Elisabeth D.

samedi 12 janvier 2019

Ma Volont'Air Expérience en tant que responsable de formation





Bonjour,

Je m'appelle Benjamin et je suis responsable des formations numériques et formateur pour l'association CECF.

Mon aventure avec CECF a commencé en Avril 2018. Je cherchais à donner de mon temps libre pour une association. Je me suis inscrit en ligne . J'ai été contacté par Thierry pour réaliser mes premières expériences en tant que volontaire pour l'association.

Je suis enseignant de Français Langue Étrangère, passionné du numérique et tout particulièrement des réseaux sociaux. J'ai commencé, en tant que formateur, à animer un premier atelier sur les réseaux sociaux avec deux autres animateurs bénévoles de l'association.
Cet atelier, destiné aux personnes éloignées de l'utilisation des outils numériques, s'est tenu lors de la journée "100% numérique" en Partenariat avec le Crédit Agricole de la Haute-Garonne.
Suite à ce premier essai, qui a été un succès, seize nouveaux ateliers ont été organisés qui avaient pour thème les réseaux sociaux et l'utilisation des applications mobiles.
J'étais l'organisateur de ces ateliers tout en gardant mon rôle de formateur .

Lors d'expériences précédentes dans le domaine de la formation, j'ai souvent constaté que les entreprises et les centres de formations laissaient rarement leur chance à des personnes jeunes et donc peu expérimentées.

CECF m'a donné l'occasion d'avoir plus de responsabilités et d'aborder de nouvelles facettes de mon métier.
Mes tâches en tant que responsable des formations numériques ont été riches et variées.

  • Participation au recrutement des animateurs lors d'un "job  dating" organisé avec notre partenaire le Crédit Agricole
  • Formation de dix animateurs (pour certains, il s'agissait de leur première expérience en tant qu'animateur). Cette formation s'est faite en ligne et lors d'ateliers de formation en collectif. 
  • Organisation des ateliers
  • Suivi des formateurs 
  • Approvisionnement du matériel. 
J'ai également participé à une bonne partie de la communication, au suivi financier ainsi. Des tâches très variées en somme mais aussi extrêmement formatrices !

En un rien de temps, j'ai pu grandir en compétences en me formant directement sur le terrain tout en donnant de mon temps pour une cause en laquelle je crois.

Outre les rencontres, le réseau et l'apport en expériences qui m'ont permis d'enrichir mon CV, la "volont'air expérience" m'a aidé à trouver l'emploi que j'ambitionnais.

À partir de 2019, je vais être directeur pédagogique d'une Alliance Française à l'étranger.

Merci à toute l'équipe CECF et en particulier à Thierry Clézardin, le président de l'association, de m'avoir accordé sa confiance et la chance de pouvoir m'épanouir en tant que responsable de formation.

Vive la volont'air expérience et longue vie à CECF.


Benjamin

jeudi 10 janvier 2019

Une seconde vie pour les mégots de cigarettes


Des maisons isolées... grâce au mégots de cigarettes

Que vous soyez fumeurs ou non fumeurs... sachez que les mégots de cigarette peuvent participer à l'isolation de nos maisons... à condition que les fumeurs en prennent conscience.

Des chercheurs australiens proposent de recycler les mégots de cigarettes en les intégrant dans la conception de briques.
Rassurez vous, ces briques ne comporteraient que 1% de mégots et les métaux lourds et autres polluants contenus dans les mégots seraient "piégés" dans les briques lors de la cuisson du mélange à 1000°C.

Double bénéfice, l'énergie nécessaire à la cuisson des briques serait diminuée du fait de la présence de ces mégots et les mégots pollueraient moins l'environnement.

Une étude à suivre qui permettrait de diminuer la pollution due aux mégots abandonnés dans la nature tout en économisant de l'énergie.

CECF est ravie de suivre ces initiatives qui nous permettrons de faire un pas de plus vers des maisons écologiques.

Elisabeth D.